AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Messagerie
Ouvrir le menu

 Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]
Believer
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Messages RP : 2

Emploi/activité : Lycéenne et Actrice
Localisation : Chicago,mais viens de déménager de Los Angeles


# Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]   
Mer 14 Mar - 19:30

Grace avait beaucoup moins de proposition de rôle depuis qu’elle était sous la tutelle de son oncle car contrairement à Beau son frère elle se taisait. Pas qu’elle fut adepte des préceptes de Phios, ni même tolérante à leur égard, non si elle se taisait, c’était qu’elle savait son oncle Nelzir dangereux. Cet homme était brillant et mégalomane, il se servait d’elle, elle le savait, il n’avait pas la moindre affection pour elle et pouvait très bien la détruire si cela jouait dans ses intérêts, de cela Grace était consciente et c’était pour cela qu’elle jouait admirablement le rôle de l’agneau innocent. Parfois elle avait envie de vomir de tenir son bras, mais elle se contrôlait admirablement. Son regard la perturbait, elle avait l’impression d’être une friandise dont il ne ferait qu’une bouchée. Heureusement pour elle, elle avait toujours su cacher ses vrais sentiments au contraire de Beau. Personne, pas même son frère ne pouvait se targuer de savoir ce qui se passait dans sa jolie petite tête de poupée.

Aujourd’hui c’était une journée spéciale, la jeune femme avait décidé de déplacer un pion, de faire un pas dans l’ombre, d’assurer ses arrières. Elle devait le faire discrètement et elle y avait par conséquence longuement réfléchis, des semaines, des mois même. Il lui fallait une aide, une aide qu’elle ne pouvait pas demander à son frère trop impulsif, ni à son agent complétement sous le charme de Nelzir Caldwell. Trouver une personne qui ne serait pas influencé par ce dernier c’était montré compliqué, elle était certes plus riche que lui sur le papier, milliardaire même grâce à son beau-père mort, mais elle n’avait pas 18 ans et pas accès à tout son argent, à vrai dire le seul argent qu’elle possédait était celui que voulait bien lui offrir son oncle. Elle avait dû trouver d’autre moyen et ce n’était pas facile son oncle surveillait son patrimoine comme un picsou, les œuvres d’arts qu’on lui offrait, les bijoux, les sacs, les vêtements de marque. Il était difficile de soustraire quoique ce soit à son regard acéré.

Elle avait fini par trouver. Quand sa mère était encore vivante, il ne les surveillait pas et sa mère avait subi à ses 30 ans un cambriolage qui l’avait traumatisé, elle avait donc décidé de cacher de l’argent et des bijoux à un endroit qu’elle n’avait révélé qu’à ses enfants. Le plus dur avait de fausser compagnie à son chauffeur qui l’espionnait probablement pour son oncle, elle ne pouvait faire confiance à personne. Elle avait emprunté la voiture d’une amie chanteuse, elle il ne pouvait pas l’acheter, elle était plus riche que lui et avait foncé récupérer tout l’argent et les bijoux que contenait la cachette, elle s’était ensuite rendu chez un prêteur sur gage pour les bijoux et était passée chez son amie chanteuse, faire semblant de dormir avec ses deux gros sacs qu’elle avait vidé puis remplis avec des fringues que son amie avait bien voulu lui prêter, voilà comment elle avait récupéré 3 millions de dollars de quoi payer une personne efficace qui pourrais l’aider. Encore une fois c’était son amie chanteuse qui lui avait indiqué vers qui se diriger. La rencontre devait être discrète et le moyen idéal était la soirée de lancement du nouveau parfum Miu Miu dont elle était l’égérie, elle allait parler à des dizaines de personnes, voire des centaines, s’éclipser serait facile, il y aurait tellement de monde avec un téléphone jetable elle avait donc joint son contact, une femme capable de s’occuper de n’importe quel problème.

Son oncle avait beau être paranoïaque il ne voyait pas de danger en elle, une rencontre à l’hôtel serait donc parfaite. En plein milieu de la soirée elle partirait fatiguée pour rentrer à l’hôtel ou son contact une femme l’attendrait. Le soir venu vêtu d’une robe Miu Miu rose layette qu’elle trouvait personnellement démodé, mais elle n’avait pas eu le choix, ses cheveux étaient coiffés en chignon victorien et elle était maquillée de façon naturelle avec juste, un peu de rose sur les joues et de gloss. Sourire, faire des photos avec des fans, éclater de rire, faire comme si elle s’amusait et comme si elle était ravie d’être là, tout ça fut facile. Trouver une excuse pour s’enfuir aussi, elle avait terriblement mal aux crâne, des autographes et des photos plus tard elle était en route vers l’hôtel et elle rentra dans sa chambre. Elle n’avait plus qu’à attendre que sa mystérieuse contacte la rejoigne dans sa chambre, elle retira ses chaussures, elles étaient hautement inconfortables et détacha ses cheveux qui tombèrent en cascade ondulés dans son dos, le bar contenait des alcools et malgré qu’elle soit mineur, son statut de star la mettait hors des projecteurs au-dessus des lois, elle se servit un whisky, un Scapa, le seul whisky qu’elle trouvait buvable. Elle ne put s’asseoir trop impatiente et fit les 100 pas jusqu’à ce que l’on frappe à sa porte, à grande enjambée elle partit ouvrir et laissa entrer une grande blonde qui la dépassait, mais peut-être à cause de ses chaussures, elle était assez grande.

- Bonsoir, je suis Grace et je suis enchantée de vous rencontrer, elle tendit la main, la femme une blonde était d’une beauté prodigieuse et d’un charisme fou qui la troubla, même sa mère considérée comme l’une des plus belles actrices de sa génération ne lui avait jamais fait cet effet là, mais c’était peut-être parce que c’était justement sa mère. Verre à la main, elle se reprit vite. Vous voulez quelque chose à boire ou à manger ?





Dernière édition par Grace L. Caldwell le Mer 21 Mar - 11:20, édité 1 fois
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Re: Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]   
Mer 21 Mar - 10:08

Les dessous de la vie de star
1


Ma botte franchit le seuil, son talon ponctuant mon entrée d’un claquement. Faite d’un cuir étonnamment pâle et rosé mais néanmoins parfaitement travaillé, elle porte ma taille aux alentours du mètre 85 et, sans le "soutien" de tes propres chaussures, je te dépasse en effet d’une demi-douzaine de centimètres Grâce. Tout comme sa jumelle, ma chausse me remonte jusqu’au mollet puis laisse s’échapper un pantalon de toile hivernale qui s’en va se cacher sous une chemise mauve, elle-même partiellement couverte par un gilet d’un noir rayé de verticalement de fines lignes blanches à l’instar du pantalon suscité. Seule la veste que je porte en cape, protection hivernale inutile en cet état plus tropical mais nécessaire là d’où je viens, est totalement noire. L’une de mes mains nues tient une valise à main faisant office d’attaché case tandis que l’autre s’en vient à la rencontre de ton invitation alors que mes lèvres s’étirent en un sourire face à ton accueil. Ma seconde botte claque à son tour, un instant avant que je ne prenne la parole.

« Thomasine Hobbes, réponds-je avec placidité, enchantée également. »

Nos mains se tendent, se touchent, s’étreignent. Il y a plus de soixante-dix manières de serrer la main de quelqu’un et chacune en dit long sur le type d’individu auquel on a affaire ; heureusement, quand on y pense, puisque l’on envoie notre membre en éclaireur pour cette raison. On se montre ouvert, renonçant symboliquement à un possible affrontement physique, mais l’on se renseigne également sur l’intention de l’autre, inconsciemment. Ou consciemment, dans mon cas. J’abandonne ma main dans la tienne, serrant ce qu’il faut pour te répondre tout en te laissant l’initiative de rompre le contact et, surtout, d’exprimer ton propre sentiment à travers cette poignée de main. Je suis ici pour toi, après tout.

Je te trouble, voici qui ajoute à mon sourire un peu de contentement. Tu es maitresse de ce que tu fais cependant ainsi, la surprise passée, te voici à m’accueillir comme il se doit pour une personne de ta condition sociale ; verre à la main, robe de présentation ne t’appartenant peut-être même pas et dissimulant ce qu’on pourrait déduire de ton choix de vêtement, maquillée juste ce qu’il faut pour ne pas faire fausse… tes cheveux détachés et tes pieds nus sont des tâches dans ce tableau, des tâches que j’apprécie d’autant plus qu’elles sont réellement naturelles et significatives elles-aussi. Tu as défait ta coiffure, tu t’es défaite de tes obligations sociales. Tu as ôtées tes chaussures, tu t’es installée dans un lieu où tu te sens bien. Tu es maitresse de ce que tu fais mais j’en suis lectrice et, là où tu ne peux être maitresse de la structure de ton visage, je sais y lire également ta manière de penser. Tu n’est pas une émotionnelle, quand bien même tu as cette habitude de légèrement pencher la tête en avant pour dissimuler combien ton menton est marqué ; cérébrale et instinctive, donc. Tout comme moi, pour l’anecdote.

« Avec plaisir, accepte-je ton offre de boisson et de nourriture. Je viens de faire 4 heures 35 d’avion et 25 minutes de taxi, quelque chose de consistant n’est pas de refus. »

Le décalage horaire entre Chicago et Los Angeles n’est que de 2 heures, ce qui me fait arriver 2 heures 35 après mon départ et un trajet presque deux fois plus long, mais j’en ai surtout profité pour dormir. Je ne suis pas à mon aise en avion, surtout lorsqu’il traverse les nuages ; je n’ai aucun problème avec le vol, non, mais quelques mauvais souvenirs d’avoir la tête dans les nuages cependant. L’aspect littéral, sans doute. Qu’importe, je suis curieuse de voir ce que tu as à proposer, Grace, et je quitte ton seuil pour en refermer la porte avec douceur. Faisant un tour d’horizon de ta suite, ce sont sièges et écrans qui attirent particulièrement mon attention ; tes affaires aussi, cela va de soit, mais je les suppose rangées hors de ma vue contrairement aux deux possibilités précédentes.

« Puis-je m’installer ? »

La question est polie mais te laisse ce même contrôle sur ton territoire que sur ta personne, je suis ici pour me mêler de ta vie mais je le ferais à ton rythme, histoire de ne pas être trop intrusive. Plus que le nécessaire, disons ; le nécessaire pour toi comme pour moi, évidemment. J’ignore si tu as eu l’occasion de lire ma carte de visite, comme toute personne que j’ai aidée ton amie chanteuse doit en avoir un exemplaire. J’ignore ce qu’elle t’a dit de moi, également, tout comme je suppose que tu ignores ce qu’elle m’a dit de toi. Une fois l’autorisation de m’assoir obtenu, je m’en vais vers le fauteuil tout en poursuivant.

« Notre amie commune m’a parlé de votre problème mais je souhaiterai vous entendre me l’expliquer en détail, s’il-vous-plait. »

S’il-vous-plait, y a-t-il plus ironique comme demande ? C’est une formule de politesse, oui, mais généralement employée dans une situation où la personne doit collaborer, que cela lui plaise ou non. L’illusion du choix est néanmoins un excellent moyen d’amener une coopération bienveillante, à l’inverse d’un sentiment d’obligation. Hors, l’obligation est logique : si tu ne m’expliques pas ta situation, Grace, je ne peux rien pour toi.

Après avoir délaissée ma valisette au côté de mon siège, je m’installe sur celui-ci et y dépose mon manteau, celui-ci restant ainsi entre le dossier et mon dos. Cela aussi, c’est signifiant comme attitude, je ne suis pas au-delà de mes petits jeux de déduction ; moyennant que je ne veuille pas les fausser pour mon cas. Mais, outre que je suis incertaine de ta capacité à lire le langage corporelle – existante forcément, sans quoi tu ne saurais pas mimer et jouer des rôles comme tu le fais –, je n’ai rien à de particulier à te cacher. Evidemment, tu ne fais pas parti de mes protégés mais qui sait jusqu’où notre collaboration nous mènera ?

Croissant les bras, droit sur gauche, et m’adossant jusqu’à la nuque, je te regarde tout comme je t’écoute : avec attention.


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Believer
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 15
Messages RP : 2

Emploi/activité : Lycéenne et Actrice
Localisation : Chicago,mais viens de déménager de Los Angeles


# Re: Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]   
Sam 31 Mar - 18:25

La dame qu’elle accueille est élégante, pas comme ses fashionita à la pointe de la mode, mais plutôt comme un membre de la royauté. Grâce la détaille encore un peu, mais point trop longtemps. Elle ne vaut pas paraitre dérangeante. Pieds nus elle se sent bien, c’est une liberté que son oncle ne lui permet pas l’apprêtant comme une poupée. La jeune actrice à l’habitude des gens aux statuts élevés, elle a depuis l’âge de trois entre les films, les séries, les pubs ou le mannequinat été au centre de plus d’une centaine de production. Sa mère aimait la gloire, la sienne ne lui suffisait pas il fallait que ses enfants eux aussi soient parfaits, négligeant parfois leur éducation, mais avec son oncle tout était bien différent. Il se montrait autant exigeant concernant leur éducation que leur carrière. C’était un rythme dur à soutenir, mais les jumeaux avaient bonne mémoire, l’apprentissage bête et méchant des dialogues avaient fait travailler leur mémoire, la capacité de se glisser dans la peau d’un autre leur avait fait apprendre des choses peut-être pas scolaire, mais pas forcément inutile.

- Thomasine Hobbes, c’est noté Madame Hobbes.

Grâce au contraire de son frère ne se montrait pas immédiatement familière. Elle avait besoin d’apprendre à connaitre les gens pour pouvoir leur faire confiance et dévoiler peu à peu son vrai visage. La jeune fille méritait bien son prénom, le port de tête haute, le pas silencieux, elle s’affairait à ouvrir le bar pour servir dans un verre en cristal, le même whisky qu’elle consommait.

- C’est mon préféré, il est fruité et tout en rondeur, ça change des whisky qui ont juste le goût de l’alcool à brûler, pas tous, mais beaucoup. Oui, oui installez-vous ou vous voulez. C’est toujours éprouvant ce genre de voyage.

Mais pour elle c’était un des rares moments où elle pouvait lire autre chose que des scripts ou des manuels scolaires. Sa suite était une suite grand luxe, elle ne l’appréciait pas plus que cela, elle qui avait déjà presque fait le tour du monde du haut de ses 17 ans, Grace préférait des bâtiments ayant plus d’histoire, elle aimait particulièrement le mélange de l’ancien et du nouveau, mais ici tout était complétement neuf et froid. L’actrice tendit le verre et posa le sien sur une table basse en verre. Pour ouvrir un buffet ou se trouvait différent snack, il y avait de tout, des fruits frais, du vegan, du saucisson, des mignardises et il y avait aussi une carte. Elle posa tout sur la table, reprit son verre et s’installa à son tour.

- Si rien ne vous va, je suis un peu près certaine que quelques soient nos désirs ils pourront être satisfait.

Quand sa mère c’était marié avec un milliardaire, son beau-père bien que se fichant d’elle et de Beau lui avait quand même appris que tous lui était permis, il suffisait d’avoir l’audace de le demander. Thomasine avait eu le droit à un résumé de son amie chanteuse. Grace n’appréciait pas trop l’initiative, mais elle était une actrice et cacha admirablement son mécontentement. A la place elle eut un petit rire.

- Oui elle est au courant en partie… Je suis actuellement sous la tutelle de mon oncle Nelzir, bien connu pour être le chef spirituelle de la secte Phios, une sorte de culte avec des aliens un peu comme la scientologie, mais en moins populaire. Moi et mon frère n’adhérons pas à ce culte, mais sommes des enfants stars depuis l’âge de trois, nous même enfant de star Rochelle Caldwell. Notre oncle essaye donc de nous influencer afin d’apporter plus de popularité à sa secte, mais si ce n’était que ça je ne ferais pas appel à vous. Je crois qu’il voudrait mettre la main sur notre fortune, nous travaillons en effet depuis longtemps et avons pléthore d’économie n’attendant que notre majorité, de plus par le mariage de ma maman (son ton était affecté, affectueux, car même si sa mère n’avait pas été des plus présente elle l’aimait) avec un oligarque milliardaire russe, nous sommes également ses seuls héritiers, vu que lui, ma mère et mon demi-frère sont tous morts durant un incendie. Notre travail, l’héritage de ma mère, de mon beau-père, cela fait beaucoup, imaginez si mon oncle mettez la main sur cette fortune ? Je voudrais pouvoir prouver que moi et mon frère sommes aptes à s’émanciper, cela serait le meilleur des cas, le second cas serait de prouver que notre oncle est malhonnête, je préférerais éviter, il est de ma famille, mais si je n’ai pas le choix, j’ai peur de ce qu’il pourrait faire à Beau si je ne l’empêche pas, il pourrait prétendre que c’est un drogué ou qu’il a des troubles mentaux, mon frère étant plus impulsif que moi, il défie sans cesse mon oncle.

C’était un long discours, mais elle l’avait à présent terminé.



Contenu sponsorisé


# Re: Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]   

 
Les dessous de la vie de star [PV Thomasine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Wars Pocket Models TGC
» sable, caniche star
» Star Wars Starship Battle
» Vendredi des fans STAR WARS: The Old Republic
» A la recherche de la nouvelle star...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We're all living in America :: Somewhere in America :: United States of America :: Hollywood-
Sauter vers: