AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Messagerie
Ouvrir le menu

 Générations
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Générations   
Sam 10 Mar - 19:29

Générations
1


En arrivant à Chicago, je savais que je finirais par visiter She-caw-gu Park. Quand je suis arrivée aux Amériques, il n’y avait là qu’un fort appartenant à la Louisiane française même si son existence est aujourd’hui remise en doute. Qu’importe, ce sont les Français qui ont déformé le nom local en Chécagou, lequel donna par la suite Chicago, et transformé en poste permanent de traite de fourrure cet ancien point de passage et de liaison entre le Canada et le Mississippi. Avec le temps et le développement de la ville-champignon qui l’enserre aujourd’hui, ce parc est devenu une attraction tant pour les humains que pour les déités aussi anciennes que la nature qui s’y trouve. Enfin, je ne miserais pas sur l’âge de la plupart des arbres ci-présents, savamment plantés par la main de l’Homme, mais c’était une façon de parler. Les Anciens Dieux aiment cet endroit, il appartient à la mythologie pré-américaine tout comme eux. Ironiquement, ce n’est pas l’un d’entre eux qui m’a donné rendez-vous ici ; ou plutôt, ce n’est plus l’un d’entre eux.

Le soleil matinal éclaire les arbres ensommeillés par l’hiver comme les humains s’échauffant contre la saison. Certains courent, d’autres se promènent avec enfants ou animaux, d’autres encore s’attardent sur les attractions anciennes, kiosques à musique et manège de bois, mais tous voient leurs souffles transformés en buée par les températures. Il ne fait pas encore zéro mais l’on est au-dessous des normales de saison, le gel entre dans son dernier mois et les températures n’auront de cesse de remonter à présent. Il fait étonnamment peu humide et heureusement considérant qu’il y a un peu de vent ; mais que serait Windy City sans cela ? Le système de grille des rues, typique des villes américaines, favorise les couloirs venteux déjà bien présents du fait des vents descendants du Canada sans rencontre aucun obstacle. Les gens d’ici sont habitués, contrairement à moi. Même à l’époque où je me trouvais dans la famille des Ases, j’évitais le climat scandinave en vivant principalement dans les mers. Ma principale protection, aujourd’hui, est une veste de cuir par-dessus une polaire et un pantalon d’hiver. Elle fait l’affaire, avec l’aide d’une jeunesse retrouvée ; je dois avoir dans les vingt-cinq ans, peut-être un peu plus. Bras croisés, je suis assise sur un simple banc à observer les balais des humains qui s’en viennent et s’en vont en ce premier jour de week-end. Ils sont en congé et profitent de leur temps libre, je les regarde faire.

Que ta nuit ait été courte ou longue n’est qu’une question de point de vue : tu n’as pas du avoir l’occasion de beaucoup dormir, considérant ta nouvelle attribution, n’est-ce pas Princesse ? La Déesse des Boites de Nuit, je dois t’avouer que cela m’a surpris ; enfin, moins que le fait que tu m’invites ici pour que l’on se retrouve. De t’avoir vu incarner l’image d’un féminin libre de toute tutelle masculine et indifférent à la norme des sociétés patriarcales, je t’aurais portée au rang de Déesse du Féminisme. Peut-être que les Nouveaux Dieux te l’ont proposé d’ailleurs et, si tel est le cas, je comprends que tu ais préféré quelque chose de plus tangible qu’une notion dont les humains qui s’en revendiquent sont en désaccord entre eux sur sa signification. Avec les boites de nuit, tu as tes temples, tu as tes rituels, tu as tes adorateurs ; leur simple présence, le simple fait qu’ils donnent de leur temps à ton activité, est l’équivalent des prières d’autant. Peut-être même y a-t-il des sacrifices, qu’ils soient coma éthylique ou overdose, même si ce dernier point me semble plus bénéficiaire à ton mari qu’à toi. Je suis curieuse d’en apprendre plus sur ta nouvelle condition même si, comme tu dois t’en douter, mes intérêts sont plus vastes.

J’entretiendrais Lucifer en son temps, confiante dans le fait qu’il servira ses intérêts avant tout et qu’il y a des moyens qu’ils concordent avec les miens. J’ai cette même confiance en toi, Princesse, même si tu es plus qu’un partenaire de business ou qu’une figure royale. Princesse des Succubes et Reine des Enfers, cela a la même utilité pour moi que mes titres de Prince des Enfers, de grand amiral des enfers ou de chevalier de l’Ordre de la Mouche ; ce sont des moyens, non des fins. Des manifestations explicites des contrats sociaux que nous passons entre nous pour ne pas mener une guerre du chacun contre chacun ; une chose qui n’empêcherait cependant une guerre civile. Nouveaux et Anciens Dieux, cela divise et il est des êtres pour encourager le conflit de part et d’autre, tout comme il est des êtres pour vouloir l’éviter. Ton parti-pris comme celui de ton homme est moins évident qu’il n’y parait et, si je n’ai pas l’intention de le juger, c’est bien pour cela que je vous rencontrerais tout les deux. D’autres démons vous ont suivi et se sont modernisés, je ne suis pas ignorante de cela, cependant la transition entre deux mythologies ne c’est jamais faite sans heurt et les infernaux ne sont pas du genre à laisser passer une occasion de gagner en puissance ; même au détriment de leur engeance. L’Enfer sera-t-il déchiré par le conflit de transition lui-aussi ? Et, plus important encore : comment pourrons-nous y gagner au mieux ?

Je pense à toi avant que tu n’arrives et t’adresses donc une prière muette et sans valeur, puisque je ne suis nullement une source de croyance. Cependant, c’est bien de cela dont il est, et il sera toujours, question : la croyance. Je ne sais pas combien d’humains se donnent régulièrement aux boites de nuit mais sans doute sont-ils plus nombreux que les sorcières, beaucoup plus nombreux, sans parler de ceux qui se souviennent encore de la grande Ishtar ou de la perfide Lamashtu. Ils les oublient, lentement mais surement. Ils oublient des fragments de toi, Princesse, et qu’adviendra-t-il lorsqu’ils les auront complètement oublié ? C’est l’une des raisons motivants ma prudence quand à une éventuelle intégration des Nouveaux Dieux : je ne veux pas perdre plus d’attributs que j’en ai déjà perdu. Autrefois, j’étais l’Océan. A part Mr. Wood et quelques autres Esprits Ancestraux déjà présents à l’époque, il n’est plus grand monde pour s’en souvenir ; plus aucun humain pour s’en souvenir. Mes attributs d’océan ont disparu avec ce souvenir. Réussir à trouver un nouveau rang qui synthétise tous mes attributs d’aujourd’hui et d’hier est difficile. Même la Grande Ancienne, pourtant résulta d’une volonté à mélanger mes évolutions culturelles, ne saurait être complète. La gestion du devoir de mémoire est une chose délicate et j’ai de l’appréhension à la confier à des jeunes dieux qui, comme tous les jeunes gens, construisent à l’encontre de ce qui c’est fait avant. J’ai trop fait les frais des ambitions de la jeunesse, même si je les admire chez certaines personnes ; toi notamment, Princesse.


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Devil
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Messages RP : 5

Emploi/activité : Rendre fous les humains
Localisation : Enfers


# Re: Générations   
Sam 10 Mar - 22:06

Je regardais avec attention les rapports sous mes yeux et je souris doucement, visiblement les Hommes aimaient toujours autant mes boites de nuits. Ce n’était pas difficile en même temps, je faisais de mon mieux pour que tout cela se passe bien … Enfin bien, venant d’une déesse qui était également princesse des Enfers. Coma éthyliques,et perte d’argent dans mes boîtes … Tout était parfait, les chiffres étaient bon, et moi j’étais bien vivantes et satisfaite. Un peu. J’avais envie de voir une personne bien précise, et je ne parlais pas de mon mari. Lucifer … Je me mordillais la lèvre inférieure en pensant à lui, si lui aussi j’avais envie de le voir, mais ce n’était pas lui que je voulais. Non, j’avais demandé à quelqu’un de bien précis de venir … Thomasine … Ma grand-mère sous ma forme d’Ishtar. C’était elle que je voulais voir. Je ne lui avais pas dis sous quelle forme je voulais la voir, juste d’aller au parc des anciens dieux.

Je repoussais mes papiers, il était presque l’heure du rendez-vous, je devais y aller. Je me changeais avant de partir, ôtant mon tailleur, pour passer un pantalon moulant et un pull violet. Voilà ! J’étais sexy comme d’habitude. N’étais-je pas une déesse de la séduction après tout ? Je pouvais séduire n’importe quel humain comme je le souhaitais. Je fermais un instant les yeux pour me souvenir de ma période lorsque j’étais vénéré en tant qu’Ishtar. Guerre, amour, pluie … Voilà qui était un mélange intéressant. Je posais un instant ma main sur la glace, est-ce qu’on se souvenait encore de cet aspect de moi ? J’en étais sûre … Mais combien encore se souvenaient de moi ? Assez, tant que j’avais mes boites de nuits tout iraient bien. Prières et autels n’étaient plus les mêmes, mais les résultats étaient les mêmes : j’étais bien vivantes, et de temps en temps certains satanistes cachés me faisaient des sacrifices à moi, et à Lucifer.

Vent et pluie. Je savourais ce mélange en marchant dans le parc. Je ne voulais pas voir le Léviathan aujourd’hui, pas de négociation, ou pas vraiment puisque toute nos identité était en une entité. Mais étrangement … j’avais presque envie de me blottir dans ses bras. Peut-être si j’avais enfant un jour l’avais-je fais, je ne me souvenais plus vraiment. Cela remontait véritablement trop loin, et je n’étais pas une déesse de la mémoire. Il y avait du monde dans le parc, aurais-je envie de me servir de mes pouvoirs pour faire naître l’amour, ou la pluie histoire de les taquiner ? Peut-être …

Elle était déjà là … Grand mère Namma … Je lui souris et m’avançais encore, un banc, un peu à l’écart. Calme, tranquillité … Je m’installais près d’elle sans rien dire, je ne savais même pas réellement pourquoi je l’avais convoqué, juste envie de passer un moment avec elle … Parfois je ne voulais pas toujours avoir de raison pour tout et n’importe quoi. J’inspirais profondément. Être dans l’un des endroits réservé aux anciens dieux alors que j’étais également une nouvelle déesse. Je chassais mes cheveux en arrière

« Comment vas tu Namma ? Tu n’as pas de problème ? Quoi de beau ? »

Je ne voulais pas parler de politique en ce moment. C’est pour ça que je ne l’avais pas nommé autrement. Si je m’écoutais je lui réclamerais un gros câlin comme une petite fille. Mais je crois que cela serait ridicule. Il était l’heure d’être Ishtar. J’avais envie d’invoquer la pluie … Mais peut-être pas tout de suite, attendons la suite de la discussion. Une discussion simple pour l’instant, mais je sentais que des questions aller se poser bientôt.
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Re: Générations   
Dim 11 Mar - 20:14

Générations
1


Le violet est une couleur à double tranchant : étonnement, on l'aime ou on ne l'aime pas ; il semble ne pas y avoir de demi-mesure psychologique la concernant. Pourtant, derrière son allure électrique, le violet descend du bleu et est donc liée au rêve et à la mélancolie. Couleur des rêveurs par excellence, des personnes spirituelles plutôt que matérielles, elle est aussi associée à la douceur et à la solitude. Elle a des vertus apaisantes sur les esprits, elle permet de calmer certaines émotions, de réfréner des colères ou des angoisses… mais, ironiquement, elle reste une couleur difficile à marier : le blanc, le noir et le marron sont ses seuls acolytes. Rien qu’à voir ton pull, je peux savoir nombre de choses de toi, Princesse ; tout autant que de ton pantalon moulant. Que de ton visage, témoin de tes émotions comme de ta manière de penser, et de tes gestes, conséquences de ton état d’esprit. Je sais lire les gens, même si je ne semble parfois pas douée avec eux. Réminiscences "bestiales", dira-t-on. La plupart des animaux ont un attachement à leurs descendances, d’une manière ou d’une autre.

Comment était-ce lorsque nous étions toutes deux au sein des mythologies mésopotamiennes ? A l’époque des sumériens, cela pouvait aller. J’étais la déesse primordiale, l’océan d’où provenait la vie, la déesse de la création de qui descendaient les autres dieux. J’avais donné naissance à An, le Ciel et ton paternel, et Ki, la Terre ; tous deux me permettant de rencontrer l’océan d’eau douce souterrain, Apsû. Mère d’Enki avec An, soit ton demi-frère, c’est avec Apsû que je me suis mariée et nous sommes devenus le couple créateur à l’époque babylonienne. Couple assassiné par ses enfants lors de leur crise d’adolescence : Enki, devenu Ea, découvrit qu’Apsû comptait détruire sa progéniture et le tua dans son sommeil, me conduisant à enfanter les dragons pour venger la mort de mon amour. Amour qui renaquit en tant que Marduk, lequel devient le dieu principal des babyloniens – et donc ton pendant masculin, Ishtar – en me défaisant, me coupant en deux puis plaçant ma tête dans le ciel, pour que mes larmes soient l’eau venue des nuages, et le reste de mon corps dans la terre, pour que mon sang serve de source à la magie. A l’époque des sumériens, j’avais peut-être un attachement à ma descendance mais les choses se sont mal terminées, à l’époque des babyloniens. C’est pour cela que j’admire ta capacité à être restée une déesse forte et fière, Princesse, je n’en ai pas été capable. Je ne me souviens pas non plus de s’il était question de se faire des accolades et des câlins à l’époque mais je sais que nous avons gardé un lien privilégié : tu étais la déesse de la pluie, entre autres, et elle n’était autre que mes pleurs.

Je te souris en miroir lorsque tu t’approches de moi, te laissant t’installer sans rien dire. Mes yeux, perçants et antiques, t’observent. Inspiration, remise en place de la chevelure, tu cherches à te mettre à l’aise. Peut-être sont-ces les températures qui te malmènent, malgré ta tenue, voire l’humidité croissante avec ta présence. Peut-être est-ce d’être un endroit aussi imprégné de cette ancienneté que tu as récemment laissée derrière toi. Peut-être est-ce aussi un sujet tout autre, dont je ne puis avoir connaissance pour l’instant. Nous verrons. C’est le genre de sujet que nous pouvons aborder en tant que membres d’une même famille, puisque c’est là la conversation par laquelle tu veux commencer. Mon sourire s’agrandit alors que je détourne les yeux à ta seconde question puis fixe les humains autour de nous durant la troisième. Mes jambes se croisent avec aise. Mes doigts s’entrelacent alors que mes mains se posent sur ma cuisse supérieure.

« Je vais, dis-je afin de répondre dans l’ordre, Dorothy Good te passe le bonjour. »

Je ne sais pas si tu te souviens d’elle, Lucifer et toi avez pourtant été prépondérants dans sa damnation ; comme beaucoup d’autres, évidemment. Cependant, Dorcas a été un cas assez particulier, étant bien trop jeune pour avoir réellement passé un pacte avec le diable ou la déesse noire des sorcières. Elle avait quatre ans quand elle a été accusée, tout comme sa mendiante de mère, de sorcellerie. Ayant avouée être une sorcière et avoir vu sa génitrice pactiser avec le diable lors de son interrogatoire par les magistrats locaux, la fillette fut la plus jeune condamnée du procès de Salem et, en prison, elle vit sa petite sœur nouvelle-née mourir de mal nutrition comme des conditions d’emprisonnement puis sa pauvre mère être pendue. Le traumatisme fut tel que, réflexe naturel, elle se tourna vers la religion pour trouver un sens à tout cela. Elle le trouva. Elle me trouva. Trois siècles, deux décennies et six années plus tard, je possède encore son corps tandis que son esprit demeure là, quelque part. Elle a depuis longtemps perdue la raison mais cela ne l’empêche pas d’avoir des moments de réactivité, comme lorsqu’elle croise l’un des responsables de son malheur. Je sais que rendre fou des humains est une de tes activités ainsi, même si j’ai indiscutablement contribué dans le cas présent, il me semble amical de te donner des nouvelles d’une de tes réussites.

« Sinon, j’ai fait un peu de grabuge au Dancing Kobold, histoire de marquer mon arrivée, mais ce n’est pas un réel problème je pense. Quand à ce qu’il y a de beau… »

J’ignore encore si les nouvelles vont vite ou non ici, mon arrivée à Chicago n’étant que très récente. She-caw-gu Park est beau, ayant tout autant de prétentions que Central Park à New York City, et cet espace de nature est aussi bienvenu que cet espace de croyance. Cela ne vaut pas le Golfe Persique, surtout tel qu’il était il y a quelques sept milles ans, mais je ne suis pas objective puisqu’il s’agit de ma jeunesse. Cela fait bien longtemps que le destin de l’Humanité ne se joue plus là-bas, quand bien même les guerres sont plus florissantes et courantes qu’à l’époque. Une chose qui n’aide pas à se rappeler d’une culture grandement perdue et dont tant de traces pourraient peut-être être redécouvertes. Le contraire de Chicago, en somme, si j’ai tout bien compris. Je regarde autour de nous pour que mes yeux désignent ces alentours, non seulement le parc mais la cité qui l’environne également, alors que je parle à nouveau.

« Chicago, alias Windy City… le deuxième centre industriel et la troisième ville au plus grand nombre d’entreprises implantées dans son agglomération de tous les Etats-Unis, l’une des principales places financières au monde et la première bourse de matières premières agricoles, un centre de communication majeur de voies terrestres et de transports aériens, l’une des villes avec la plus forte diversité de communautés ethniques malgré un cœur historique autour des européens, un centre culturel diversifié à l’architecture résolument moderne. Les gens y passent comme les vents et la lente rupture avec leurs racines multiethniques au profit d’une société qui cherche à se prévaloir d’être universelle et émancipée y est plus visible qu’ailleurs. Je suppose que c’est beau… »

J’ai vu le monde changer et cela m’a apprit une chose : la croyance dans le fait qu’il aille vers sa fin est aussi vieille que l’Humanité elle-même. Autrefois, les diverses religions prêchaient leur version de la fin du monde, de l’Apocalypse au Ragnarök. Aujourd’hui, les diverses sciences en font de même, avec plus de conformité dans leurs propos. L’Humanité survivra, quand bien même la face du monde sera irrémédiablement changée. Nous survivrons avec elle, quand bien même nous serons irrémédiablement changés nous aussi. Mon regard revient vers toi car tu as déjà changé.

« Et toi, Princesse, comment vas-tu depuis ta…"mise à jour" ? Tu n’as pas l’air d’avoir beaucoup dormis. »


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Devil
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Messages RP : 5

Emploi/activité : Rendre fous les humains
Localisation : Enfers


# Re: Générations   
Lun 12 Mar - 12:49

Je savais qu’elle me détailler, je crois qu’elle pouvait passer ses journées à détailler les gens, lire dans leur langage corporelle, pas que ça me dérange, après tout elle faisait ce qu’elle voulait, mais sur ce coup-là … J’aurais aimé qu’elle ne le fasse pas. Mais c’est dans sa nature, décrypter, tout en permanence pour ne jamais se faire surprendre, instinct animal ou de serpent sûrement. Je crois que je ne voulais pas réfléchir sur ce point-là, j’avais passé beaucoup trop de temps à réfléchir cette nuit, je ne voulais pas poursuivre. J’observais son attitude du coin de l’œil sans rien dire. Cet endroit faisait ressortir mon côté d’Ishtar, je le sentais, et bientôt si je voulais je pourrais faire pleuvoir rien que d’un battement de cils, mais pour l’instant j’avais plus intérêt pour m’amuser avec les sentiments des gens. Un couple de punk et un couple de bon chic bon genre. Je fronçais les sourcils en les regardant avec attention. Petite jeune femme en jupe blanche … Que ton regard se détourne de ton copain pour regarder la fille punk, et que l’inverse soit vrai. J’avais envie de m’amuser un peu. Une fois les premiers contacts lancés, le reste se ferait tout seul. Je détournais les yeux pour reporter mon attention sur ma grand-mère. Un sourire mauvais étira mes lèvres Dorothy Good … Je me souvenais de sa mère, gentille petite sorcière que j’avais gardé à mon service à sa mort.

« Elle me donne le bonjour ? Alors que sa mère est morte « par ma faute » ? D’ailleurs sa mère est ravie de sa nouvelle vie. »

J’eus un petit rire mauvais, mon regard se fichant à nouveau sur le nouveau couple qui fait gentiment connaissance dans un coin face à leur homme qui ne comprennent nullement la situation. C’est amusant. Dancing Kobold. Boite rivale aux miennes, parfait … C’est une gentille servante même lorsque je ne dis rien. Intelligente, trop, s’en est dangereux. Pour les autres. Elle est comme ... Tyrion ? Je crois. Les gens l’aimaient, ses ennemies le haïssaient. Tout dépendait du camp où il était. Le problème était qu’elle était opportuniste, Tyrion également mais d’une autre manière. Elle était à surveiller, bien qu’elle soit de ma famille. J’ai un mince sourire lorsqu’elle me décrit les alentours. J’ai envie de la titiller. Je ne vais pas le faire, cela ne sert à rien, elle joue sur les mots, et je devais me méfier. C’était simplement cela . Je gardai une expression neutre « Princesse » . Elle veut voir la princesse démoniaque ? Bien. Si c’est ce qu’elle veut. Mise à jour, je retiens un rire amer. Ce n’est pas une mise à jour, c’est uniquement une avancée pour rester en vie, et cela fonctionne plutôt bien. Je fronçais les sourcils sans rien dire, observant encore les gens … Avant de lever les yeux vers le ciel, l’humidité va bientôt se transformer en pluie alors que les filles échangent leur numéro.

« Tout va bien écoute, les gens adorent venir se perdre dans mes lieux de … Comment dit notre sainte et adorée église ? Ah oui ! Mes lieux de « débauche » les succubes aiment beaucoup également. Nous faisons un bon duo avec Fer’. Quand à mon sommeil, j’ai passé la nuit à m’occuper des papiers pour les boîtes de nuits. Si les humains veulent une vision de l’enfer qu’ils se penchent sur leur administration quelques minutes. Tsssia … Voilà la pluie. Ca me rappelle beaucoup de chose. C’est étrange de voir des gens croire encore à nos anciennes incarnation, tu ne trouve pas ? “

J’eus un ricanement et observais la pluie tomber. C’était bien, j’aimais bien la pluie, les gens allaient ensuite dans les boîtes de nuit.
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Re: Générations   
Mer 14 Mar - 18:51

Génération
1


Peu de gens apprécient qu’on lise sur eux, c’est intrusif et cela leur donne l’impression d’être "simple". Certains vont même jusqu’à croire que la psychologie et les jeux de déduction ne sont que des boniments, qu’eux-mêmes sont beaucoup trop complexes pour être compris. Mais nous partageons une certaine culture, construite par une recherche de la norme et de la conformité, ainsi qu’une structure biologique similaire, construite par une éternité d’évolution ; comment pourrions-nous en ce cas, être totalement incompréhensible pour les autres ? C’est stupide. Cela devrait être rassurant que l’on puisse être compris par les autres, que l’on fonctionne comme eux, après tout on est fou lorsque ce n’est pas le cas ; ou tout du moins traité comme tel. Cela étant, je note bien que tu appartiens à la normalité dans ta dépréciation d’être lue : me regarder du coin de l’œil pour limiter ma vision de ton visage est signifiant, comme tout le reste. Ce qui n’aide pas à sentir ma déduction moins intrusive d’ailleurs. Rassures-toi cependant, je passe rapidement de toi à Chicago, Princesse.

D’ailleurs, pourquoi Princesse ? Oui, tu es la princesse des succubes, princesse ou reine des enfers, mais tu es aussi ma princesse, cette petite fille dont je suis fière et admirative. Tu m’as appelée Namma, manifestant la volonté d’une discussion personnelle en tant qu’Ishtar, alors même que tu jouais des sentiments d’humaines, une malveillance ayant plutôt trait à la démone Lilith. Je suis allée sur du personnel en te parlant de Dorcas, dont le bonjour est plus proche de gémissements et de peurs que de quelque chose employant un langage articulé complet ; qu’importe, cela reste intelligible. Oui, sa mère est morte par ta faute, sa sœur aussi ; la vie de mendiant n’était pas facile et que les petites bourgeoises aient pu faire condamner toutes les personnes qui leur déplaisait a rendu la chose pire, d’autant plus qu’il n’y a pas eue d’injustice dans le cas de la famille Good puisque Sara était effectivement une sorcière liée à ton mari. Il n’est rien de plus cynique que lorsque la paranoïa religieuse et l’abus de pouvoir des classes dirigeantes envers les défavorisées s’avère en réalité juste et justifiée ; cependant ce n’est pas le point ici. Le point est qu’Ishtar s’efface toujours plus derrière Lilith, chose parfaitement compréhensible s’il en est et absolument pas un reproche. Vois-le par toi-même : je te nomme Princesse afin que tu l’entendes comme tu le souhaites, pouvant être la princesse des succubes ou la princesse de ta grand-mère, et qui privilégies-tu ? L’expression neutre que tu gardes ne m’aide pas à le découvrir, à l’inverse de tes actions comme de tes marques de joies malfaisantes.

Le rire amer est intéressant aussi ; j’ai hésité quant au terme à employer vis-à-vis de ton changement et ai donc opté pour celui sans doute le plus en accord avec Technical Boy. C’est l’un des dieux majeurs, quand bien même il est aussi jeune qu’insupportable. Je l’aime bien, personnellement, il est adéquat à l’agressivité et la hargne que manifestent ses croyants sur son internet mais il le fait à visage découvert, non parce qu’il se croit anonyme. Cela étant, je comprends que ce soit amer comme constatation ; il y a tant de raisons pour cela. Tout comme Ishtar disparait au profit de Lilith, Lilith disparaitra au profit de la Déesse des Boites de Nuit ; qu’importe qu’elle s’appelle Lilith ou autrement. Il y aura des traits communs, des ascendances, mais au final tu auras un nouveau rôle et un nouveau visage qui supplanteront l’ancien, le précédent. Tes attributs précédents s’effaceront au profit des nouveaux, tout comme l’Eglise s’acharnait à le faire jusqu’à récemment. Combien de temps pourras-tu encore faire pleuvoir, Princesse ?

Tout va bien, j’entends. La déesse des boites de nuit est vénérée à merveille et son attachement à contredire la bonne morale chrétienne est encore présent. Ses suivantes aussi. Son mari aussi ; mari qui, lui, c’est modernisé également, faisant toujours sa part complémentaire. Mon sourire s’efface légèrement au fait que tu ais passée la nuit à te donner à de la gestion d’entreprise ; c’est ton culte, cela mérite ton attention et ton investissement, je suis pleinement d’accord avec cela. Cependant, l’homme perd le sens du jour et de la nuit, de lorsqu’il doit se reposer et s’activer. Cette société dort moins qu’aucune autre ne l’a jamais fait et, plutôt que d’y voir là un problème, elle tente de trouver des solutions pour avoir moins à dormir. Elle se perd et l’une de mes appréhensions avec les Nouveaux Dieux est qu’ils la laissent se perdre, là où les Anciens établissaient des règles ; justes ou non.

Mes yeux se ferment et se lèvent vers le ciel à l’arrivée de la pluie, laissant les premières gouttent heurter mon visage et s’écouler comme des larmes. Je t’écoute toujours mais, moi aussi, cela me rappelle beaucoup de choses. Des bonnes et des moins bonnes, avec la majorité qu’on s’attend à voir. Ta question aussi me rappelle beaucoup de choses. Peut-être est-il une de mes larmes pour se mêler à celle du ciel, qui saurait le dire ?

« Il n’est plus aucun humain vivant pour croire en Namma. Certains, très rares, savent qu’elle a existée mais plus personne ne la vénère, activement ou passivement. Autrefois, je pouvais faire la pluie également. Cela fait des millénaires que c’est fini. Tiamat a gagné un renouveau au sein du Mythe de Cthulhu tandis que le Léviathan comme l’Ouroboros sont des symboles toujours aussi puissants aujourd’hui, j’ai bien géré la transmission de mes attributs au travers des générations de panthéons. Cependant… »

Même la pluie d’aujourd’hui est différente de la pluie d’hier. Les gouttes sont envenimées de substances polluantes empoisonnant d’ordinaire l’air et se répandant de par le monde grâce aux vents sensés s’assurer que tout le monde puisse avoir la même atmosphère. Les Nouveaux Dieux reprogramment la réalité, c’est un fait : ils sont partout, jusque dans le moindre de nos souffles. Ils rongent l’Humanité de l’intérieur comme de l’extérieur plutôt que de l’aider à se réaliser, de l’accompagner avec une bienveillance parfois douteuse mais réelle. Prenons Dorcas, par exemple : elle n’est aujourd’hui plus qu’une pensée malmenée par ce qu’elle a perçu et ressenti au fil des siècles. Silencieuse la plupart du temps, c’est intelligible mais fou lorsqu’elle exprime des émotions brutes, comme à ta vue. Cependant, lorsque l’on s’est rencontrées, c’est sa croyance qui m’a invoquée et je lui ai permis de se réaliser au cours de son époque. Sans moi, elle aurait été une épave suite au procès de Salem et n’aurait pu vivre la vie qu’elle a vécue. Je lui ai donnée une vie ; une vie que j’ai reprise par la suite. Je lui ai permis de mieux vivre sa vie pour m’emparer d’elle avant sa mort : nous y avons gagné toutes les deux. Evidemment, à vivre, mourir et revenir à la vie, à traverser les siècles et les expériences au-delà de la nature humaine, elle a perdu pied. Elle a perdu la raison. Mais au moins a-t-elle été heureuse grâce à moi, qu’importe que son bonheur n’ait pas été éternel. Je ne me suis jamais jointe au panthéon olympien parce que les divinités s’y trouvant abusaient de leurs pouvoirs envers les mortels et, toute fourbe et perfide que je puisse être, je ne suis pas cruelle.

« Cependant même Léviathan finira par s’effacer. Les démons… combien de temps avant que les gens y voient plus les logiciels informatiques cachés que les entités sensées les tourmenter s’ils quittent un droit chemin qui existe de moins en moins ? L’Eglise… ce ne sera bientôt plus qu’une question de culture, non de croyance. L’islam est la religion abrahamique avec de l’avenir, cependant elle est corrompue et déformée par des gens qui l’usent comme un moyen de rébellion, non comme une ligne directrice de vie. Les chrétiens s’en inquiètent, oubliant que leur propre religion les a conduits à similaire attitude un millénaire plus tôt. Et ce n’est même pas ce qui importe réellement, l’athéisme étant le grand gagnant de ce siècle. Les humains ne vont plus croire en des êtres comme nous, ils vont croire en eux-mêmes. Kim Kardashian a probablement plus de personnes pour la vénérer qu’Ishtar et Tiamat réunies. »

J’ai toujours appréciée la vision de la Kabale sur la mythologie abrahamique. Ces chercheurs avaient, plusieurs siècles avant Jésus-Christ, déjà la volonté de comprendre les anges et les démons au-dehors de toute religion ; fondant ainsi l’angéologie et la démonologie. Dans leurs textes, Elohim, le vrai nom de Yahvé et de Dieu – qui ne sont que des titres –, n’a jamais agi directement. A travers le Metatron, la Voix ou le Verbe, Elohim a commandé aux fragments de son être, les Chœurs Célestes – d’où que leurs noms se finissent toujours par –el pour désigner de quelle partie d’Elohim ils sont issus –, d’effectuer la Création. Une Création ayant pris un Eon ; une durée indéterminée à l’époque mais plus longue que ce que l’Humanité pouvait concevoir. La rébellion de Samaël, non-pas archange considérant la place basse de ceux-ci dans la société angélique mais séraphin – soit une force de création pure équivalente à une étoile –, vint du fait que les humains finiraient un jour par remplacer Dieu par eux-mêmes. Les démons résultèrent ainsi à la fois des El ayant suivi le Satan, un titre là aussi désignant l’Adversaire, dans sa volonté de détruire les humains avant qu’ils ne détruisent Elohim – et les El avec lui. Les autres El, eux, avaient accepté le destin de disparaitre au profit d’une nouvelle entité dominante, l’Humanité. Puis il y a eu l’invention du Bien et du Mal, le Bien étant forcément ce qui avantage l’Humanité voire une partie d’entre elle à l’exclusion des autres et le Mal étant ce qui s’y oppose voire ce qui en est différent ; une manipulation aussi absurde qu’efficace. Le panthéon Lovecraftien a eu un tel impact sur l’inconscient collectif de l’Humanité justement car il se sépare de cette notion de bien et de mal pour en revenir à un univers dont l’immensité spatio-temporelle est au-delà des capacités de compréhensions humaines. Les Grands Anciens ne sont pas le mal, ils sont malveillants envers l’Humanité qui se place toujours plus au centre d’un univers qu’elle cherche à comprendre et à contrôler. Les Nouveaux Dieux, eux aussi, sont au-delà du bien et du mal mais plutôt que d’aider l’humain, ils s’en nourrissent sans se préoccuper de donner un sens à leur existence.

« Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi, Princesse, mais de mon point de vue… je me méfie que rejoindre les Nouveaux Dieux ne signifie pas, à terme, laisser nos anciennes identités sombrer dans l’oubli. Tu me parles des succubes, oui, mais ce sont surtout les boites de nuit qui accaparent ton temps et te rapportent de la croyance, n’est-ce pas ? Même si elle est plaisante, être la déesse des boites de nuit ne nuit-il pas à être Lilith ? Tout comme être Lilith a nui à être Ishtar ? »

Je suis vieille, Princesse. L’une des particularités de la vieillesse est qu’elle apporte un recul sur les choses ; un recul que j’énonce sans aucune agressivité, juste car c’est ainsi que je le perçois et le vis. Tu as le droit d’être en désaccord, évidemment, il serait absurde de prétendre détenir une vérité de ma part ; je suis le Grand Menteur, après tout. Mais les meilleurs menteurs usent généralement de la vérité comme un outil, d’ordinaire propre au mensonge, car c’est ainsi qu’on ne peut pas détecter qu’ils mentent : ils ne le font pas. Leur vérité est tout aussi subjective qu’une autre, ils en ont cependant conscience. J’en ai conscience.

Me tourner vers toi, je te tends la main. L’eau que tu as appelée me colle les cheveux au visage et ruisselle sur mes joues comme des larmes pourraient le faire, renforçant l’abaissement et le rapprochement de mes sourcils alors même que leur partie interne remonte ; abaissement qui s’empare aussi du coin de mes lèvres. Je suis triste, Princesse, et c’est cette tristesse qui me conduit à poser ma main contre ta joue, chassant la pluie de sous ton œil comme on en essuie des larmes.

« Demande-toi si ton envie de me parler en tant que Namma n’est pas pour faire vivre encore un peu Ishtar. Après tout, je suis l’une des rares créatures à me souvenir de cette époque ; même Lucifer n’était pas encore apparu. »

J’ai beaucoup parlé et pensé encore plus, il est temps de t’écouter. Il est temps de savoir ce que tu acceptes de me dire, Princesse, et de déduire ce que tu trahiras. Je peux t’aider, à toi de choisir si cela sera ou non le cas. Et, si c’est bien le cas, il faudrait que tu choisisses entre ta grand-mère Tiamat ou l’associé de ton mari Léviathan ; il faudrait que tu choisisses entre Lilith et Ishtar. Note cependant le "faudrait" ; comme dans la plupart des choix, il est une option de plus de celles énoncées. Et, comme dans la plupart des choix qui m’impliquent, je saurais gagner quelque chose à ce que tu gagnes quelque chose aussi.


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Devil
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Messages RP : 5

Emploi/activité : Rendre fous les humains
Localisation : Enfers


# Re: Générations   
Jeu 15 Mar - 9:29

J’observais ma grand-mère savourer la caresse de la pluie sans rien dire, j’accentuais même légèrement la pluie qui tombait autour de nous. Je l’aimais beaucoup, c’était différent d’avec Lucifer, ou du tout début de notre relation, mais je l’aimais toujours. Et la pluie c’était peut-être pour elle, ou pas, je ne pouvais même pas dire. C’était dingue à quel point les dieux pouvaient être humain dans leur sensations et leur sentiment, peut-être était-ce à cause de nos enveloppes ? De nos corps ? Je ne pourrais pas dire … Où était le dieux de la connaissance quand on avait besoin de lui ? Où était Wikipédia ? Quoi que … Même lui je n’étais pas sûre qu’il puisse répondre à cette question. Avons-nous des sentiments dignes d’humains à cause de nos corps ressemblant à celui des humains ? Ou alors, était-ce parce que nous nous étions amusés avec les humains que ceux-ci avaient prit des sentiments, et que de base les sentiments étaient l’appanache des dieux et qu’en réalité nous l’avions transmit aux humains. Étranges questions mais qui méritaient toute deux des réponses que je ne pouvais donner.

Je frémis en sentant la main de ma grand-mère sur ma peau. J’avais l’habitude des caresses, que ce soit avec mon mari ou d’autres personnes, mais je ne sais pas pourquoi, celle-ci me touche plus que d’autres. Peut-être parce que cela renouvelle un lien entre nous sans que je ne m’en aperçoive réellement ? Je la laissais faire, en la scrutant avec attention sans pour autant départir de mon expression neutre. Je soutenais son regard toujours silencieuse, si elle avait besoin de parler, qu’elle parle.

Elle estime que plus personne ne croit en Namma, et que peu la connaisse, oui, elle a réussit à traverser les âges, c’est vrai. Je ne dis toujours rien mais je comprenais ce qu’elle voulait dire : elle avait peur de disparaître, comme beaucoup d’anciens dieux, Zeus, Odin, Thor … Moi même j’en ai eut peur, c’est pourquoi j’ai encore évolué. Et pourtant, je n’ai pas l’impression que les religions monothéiste peuvent disparaître, et même sous d’autres noms je sais que je peux vivre au travers bien des religions, et maintenant j’ai un pied fermement planté chez les nouveaux dieux, je ne disparaîtrais pas. Culture ou croyance … ce n’est pas la même chose, je le sais, mais pourtant … L’Athéisme. Non, elle se trompe, c’est la science la gagnante, parce qu’elle semble tout pouvoir expliquer. Je sentais que j’allais devoir demander à mes succubes de faire perdre la tête à quelques scientifique te les enfermer dans mes boites de nuits.

Je fronçais les sourcils en l’écoutant parler de mes nouvelles identités, je ne bougeai toujours pas. Pour moi … elle se trompait, ce n’était pas parce qu’un nom ou un attribut changeait que j’allais disparaître. J’étais moi. Je n’étais pas tour à tour Lilith, Ishtar, la déesse des boites de nuit, j’étais un tout. Et la déesse des boites de nuit rapportait de la croyance, c’était vrai, mais … Lilth ressortait bien souvent pour terroriser les mauvais croyants de l’Église avec son armée de succubes et de démons. Aucune de mes identités ne nuisaient à l’autre. Je regardais avec attention ma grand-mère avant de la prendre dans mes bras et de la serrer contre moi en posant ma tête sur son crâne. J’avais inversé les rôles.

« Namma … Aucun de mes rôles ne nuit à l’autre. Je ne suis nullement tour à tour Isthar, Lilith ou la déesse des boites de nuit. Je suis un tout. Chacun de mes attributs n’est qu’un attributs de plus pour mon pouvoir. Je me refuse d’être attaché uniquement à un nom. Le nom n’est rien, c’est l’expérience qui forme le dieu. Les Nouveaux Dieux sont jeunes, mêmes si ils sont puissants, mais ils sont encore ignorants de certaines choses. Ils se croient tout puissants, mais ils ne connaissent pas le déclins que nous connaissons et que nous apprenons à surmonter Namma. Quand d’autres dieux viendrons ? Que feront-ils ? Ils ne sont pas près pour cela. Nous sommes près Namma, toute les civilisations ont un jour eut l’annonce de la fin de leur règne, eux ? Pas encore. Ishtar, Inanna, Déesse Noire, Reine des Succubes, Princesse des Enfers, Lilith, déesse des boites de nuits. Je suis tout cela à la fois, je n’ai nullement envie de laisser les autres m’enfermer dans une seule et même apparence. Peu se souvienne de mon premier nom, et ? En quoi cela m’ôte t-il une part de ce que je suis ? Fer’ n’était pas là à cette époque, mais tant que toi tu t’en souviens cela fait déjà une personne pour pouvoir en discuter, comme je serais là pour parler du temps où tu étais Namma. D’ailleurs, ce temps n’est pas révolue,tu es encore Namma, mais je ne peux rien pour toi si même toi tu ne crois même plus en toi Grand-mère »

Le « Grand-mère » aurait put sonner comme une insulte mais il est remplit de douceur et d’affection, je n’aime pas la voir aussi défaitiste. De nous deux, je crois que mon côté guerrier ressort le plus, je ne m’avoue jamais vaincue, et je ne laisserais personne me vaincre, même pas Lucifer. Je l’aime, bien évidement, il est le seul à toujours pouvoir me combler, et à réellement m’amuser lorsque nous nous battons. Mais … je ne disparaîtrais pas pour son promit à lui. Je gardais mes bras autour de la femme attendant sa réaction. Je ne me souvenais pas un jour de l’avoir étreint de la sorte …

« Namma, à quand remonte notre dernière étreinte ? »

Je ne suis même pas sûre qu’elle aime ça. Peut-être est-ce d’ailleurs notre premier câlin ? Qui sait ? Elle sûrement. Si elle se dégage je sais que cela voudra dire qu’elle ne veut pas d’étreinte, mais c’est sans doute mon côté succube : je suis très tactile, trop peut-être. Quand à passer ma nuit sur des papiers … Qu’elle ne croit pas que cela soit uniquement des boîtes de nuits …
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Re: Générations   
Mer 21 Mar - 10:08

Générations
1


Il est intéressant qu’une caresse de ma main te fasse frissonner là où les caresses de mes larmes en sont incapables ; je me doute que tu sois habituée aux contacts physiques, tout comme je me doute que celui que je te fais soit à part. Tout simplement parce qu’il est fait par une personne qui n’est pas dans tes habitudes. Je ne suis pas dans tes habitudes, même s’il est possible que je le devienne prochainement. Cela sera limité dans le temps, toujours, mais nous ne sommes pas le genre de créatures à nous inquiéter du temps qui passe n’est-ce pas ? Siècles et millénaires nous affectent au travers des évolutions que nous y connaissons… le changement est la seule constante de l’univers. J’ai changé comme tu as changé. Tout le monde change. Ce n’est pas un mal seulement il faut savoir reconnaitre ce changement, se tourner vers le passé pour voir ce que l’on était et ce que l’on est devenue.

Les tensions de ton visage me font voir tes désaccords : tout d’abord, la prépondérance de l’Athéisme. J’aimerais connaitre ton avis là-dessus car, s’il est vrai que les croyances se multiplient tout autant que par le passé avec des sectes et religions pour tout et n’importe quoi, une part toujours plus grande de la population ne cesse-t-elle pas de cesser de croire en des dieux ? Elle croit en d’autres choses, qui deviennent ses Nouveaux Dieux d’ailleurs, mais le concept même de divinité s’efface. Ensuite, la nuisance d’une identité à l’autre ; où quelque chose de plus précis, je ne saurais pas dire avec certitude. Sans doute dois-je expliciter ma pensée là-dessus, même si je préfère attendre de connaitre la tienne. S’il doit y avoir débat, ce sera avec la bienveillance de proches et non avec l’agressivité d’anonymes comme j’en parlais précédemment ; à propos de Technical Boy et son internet.

Tu m’assures que ce sera le cas lorsque tu me prends dans tes bras, m’enlaçant et me serrant avec une force qui ne saurait me faire mal mais sait me détendre et m’apaiser malgré la pluie qui larmoie sur moi. Aucun de tes rôles ne nuit à l’autre… j’avais donc raison et clos donc mes yeux en écoutant ton explication. Nous ne sommes pas tour à tour diverses personnalités comme dans le cas d’un trouble de la personnalité multiple, non ; c’est bien pour cela que les rôles s’effacent. Et, même sans cela, nos attributs n’existent que tant que des humains croient en eux. Tu es un tout, comme je suis un tout, oui ; mais ce tout, évolue dans le temps. Nous changeons. Nous évoluons.

Chacun de tes attributs n’est qu’un attribut de plus pour ton pouvoir ? Est-ce tout ? Non, ne sois pas attachée à un nom, c’est une futilité surtout pour des créatures comme nous. Nous sommes en accord : c’est l’expérience qui forme le dieu. Cependant, l’expérience ne fait-elle qu’ajouter ou ne peut-elle pas retirer également ? Et l’expérience humaine, dans tout cela ; la croyance ? S’ils cessent de croire, notre rôle, nos attributs, cette part de nous qu’ils constituent… cela ne devient-il pas simplement un souvenir ? Je suis effrayée de disparaitre, oui, et, tout comme Wenesday, je perçois différentes formes de disparition. On peut survivre à l’oubli en changeant mais, au final, n’est-on pas un peu oublié dans ce que l’on était ? Au profit de ce que l’on est devenu. C’est, à mon sens, la motivation première de ceux qui refusent de rejoindre les Nouveaux Dieux : ne pas vouloir être oublié en tant qu’Anciens Dieux en survivant "dans un nouvel emballage".

Les Nouveaux Dieux sont jeunes, oui. Ils sont puissants, oui. Ils sont ignorants de certaines choses, oui. Ils se croient tout puissants, aussi. Ils ne connaissent pas le déclin que nous connaissons ; pas tous mais certains sont des Anciens Dieux également ; tu en fais parti, mine de rien. Ceux-là pourront enseigner. Et cette ère est celle de l’information, l’apprentissage est à portée de celui qui sait le saisir. Les communications n’ont jamais été aussi aisées et, s’il est des divinités qui n’auront que faire de ce que leurs aïeux ont à apporter quid de celles qui ont ce respect pour le savoir ? N’est-ce pas ce respect et cette déférence qui rendent Mr World si effrayant pour les dieux, qu’importe qu’on soit ancien ou nouveau ? Quand un autre panthéon viendra, ils s’intégreront ou ce battront comme ceux d’aujourd’hui ; c’est ce qui arrive à chaque fois. Certains ne sont pas prêts, non, d’autres le sont. Tout comme certains des Anciens ne sont pas prêts là où d’autres le sont. Je ne suis prête ni à me battre ni à me retransformer, Princesse.

Ishtar, Inanna, Déesse Noire, Reine des Succubes, Princesse des Enfers, Lilith, déesse des boites de nuits… tu es tout cela à la fois, je le conçois. Je dirais même que tu es plus que tout cela à la fois : le résultat est plus que la somme des parties. Mais, car tu te doutes qu’il y a un "mais", les parties de notre chimère ne sont pas toutes égales. Peu se souviennent de ton premier nom ; c’est là tout mon point, le pilier fondamental de mon point de vue. En quoi cela t’ôte t-il d’une part de ce que tu es ? Parce que c’est l’Humanité qui nous crée, Princesse. Tant qu’il y a un dieu pour se souvenir des précédents, on aura tous une personne pour discuter du passé ; cela ne change rien au fait que cela soit passé. Pour moi, que je crois en moi ou non n’importe pas : c’est la croyance des humains qui importe. Ma partie est d’être assez intelligente pour me perpétuer dans leur inconscient collectif et ainsi continuer d’exister, même si différemment.

Oh, ne t’inquiète pas pour le "Grand-mère" ; il fait bizarre, oui, mais il est plutôt bien pris. C’est comme ton "Princesse", c’est affectueux. Et qu’on me le dise sans avoir l’envie de me décapiter après est plutôt appréciable, d’ailleurs ; même s’il est toujours question de ma disparition. C’est un sujet qui revient à la mode tous les quelques siècles, à chaque fois qu’il est question d’une nouvelle génération de divinités. D’ailleurs, si je me laissais étreindre jusqu’ici, ce "Grand-mère" me fait répondre à ton étreinte, t’enlaçant à mon tour. Je fais cela avec précaution, cela dit, il ne s’agirait pas de rompre ce moment en te rompant quelque chose. Je suis un serpent, forcément que l’aime l’étreinte. La chaleur, le contact, la tension… c’est agréable. Cela crée beaucoup d’appréhension chez beaucoup de gens mais moi, ça m’est naturel, je sais y être bien.

« Namma, à quand remonte notre dernière étreinte ? »

Le pouffement remonte de ma gorge jusque dans mon nez, suite à quoi il me faut bien plusieurs secondes de réflexion. Une réflexion durant laquelle je continue de t’étreindre, quand bien même je rouvre les yeux.

« Inanna, je dirais, réponds-je sans grande assurance. Après, j’ai perdue la tête. »

Si tu ne l’apprécies pas, pardonnes-moi ce trait d’humour sinistre ; je le fais en pensant qu’il te plaira. L’humour est une chose ironique, je trouve : ceux qui en ont le plus sont généralement ceux qui ont été le plus malmené, l’usant comme d’un mécanisme de défense. On peut rire de tout mais pas avec tout le monde, sauf quand il s’agit d’autodérision : jusqu’à preuve du contraire, il est difficile de se vexer soi-même. Vexer les autres, en revanche… j’hésite à reprendre notre conversation, pour ne pas te vexer, pour ne pas détruire ce moment avec les mots comme j’aurai pu le faire avec les gestes. Je vais cependant partir du principe que ta dernière question n’était pas un changement de sujet et que ses homologues n’étaient pas rhétoriques.

« Je me permets de profiter encore un peu avant de tout gâcher, deal ? »

C’est une question rhétorique : tu n’as pas la force de rompre mon étreinte, Princesse. Rassures-toi cependant, cela ne sera pas aussi long qu’une séance de copulation ; heureusement. Je suis un serpent, tu te souviens ? Mes séances de copulation peuvent durer jusqu’à dix-huit heures avec deux-trois partenaires simultanés. Ce n’est pas pour rien que le serpent est vu comme un pervers dans la culture occidentale. Tu dois t’y connaitre cependant, tu es l’une des candidates possibles à la séduction d’Eve de mémoire ; tout comme ton mari, moi et plusieurs autres. C’est dire si cela a du être une belle partouze. Ou alors un gang-bang, vu que seule Eve a reçu… ces termes n’existaient pas à l’époque, même si les pratiques oui. Après, restons chaste et sensibles comme le veut notre moment d’intimité affectueuse.

C’est lorsque le froid humide me gagne malgré ma veste de cuir que je finis par te relâcher, restant à proximité visuelle de toi avec un petit sourire. Un sourire qui dure plusieurs secondes durant lesquelles je continue de me taire. Je vois combien tes différents rôles ne se nuisent pas entre eux, la bienveillance que tu viens de me montrer prouve combien Ishtar existe encore malgré Lilith. Je te crois sur ce point, maintenant. Cela m’en complique d’autant plus une réponse autrement simple. Je n’ai donc qu’à te faire suivre mon cheminement.

« Tu as raison sur beaucoup de points ; les Nouveaux Dieux et ce qu’ils ont a apprendre des Anciens qu’ils récupèrent. Le fait que tes rôles soient des aspects de toi, non des personnalités différentes. Cependant… ce que je crois n’importe pas. C’est la croyance des humains qui nous façonnent, s’ils oublient de nos attributs alors nous perdons des parts de nous. Nous vivons aussi longtemps que l’on croit en nous et changeons donc pour survivre à travers de nouvelles croyances mais ce n’est pas gratuit : cela nous change et nous pouvons donc laisser des parties de nous derrière nous. C’est le risque avec chaque nouveau panthéon, que l’on oublie l’ancien. Nous continuerons d’exister, oui, mais une part de nous disparaitra ; quand bien même nous avons encore son souvenir. »

Pourquoi crois-tu qu’autant d’Anciens Dieux refusent de rejoindre les Nouveaux ? Outre les désaccords idéologiques, c’est prendre un risque. Le risque de renoncer à ce que nous étions avant et de le voir totalement oblitéré par notre nouvelle image. Mr Wednesday est loin d’être oublié, surtout avec les tentatives de dragues faites par Média à son encontre ces dernières années, mais il refuse de changer car il ne veut pas travestir qui il est depuis si longtemps et surtout pas risquer que cela tombe dans l’oubli. Mr Wednesday est un guerrier, il préférera la mort glorieuse à l’oubli. C’est peut-être un escroc et un manipulateur mais c’est ce jusqu’auboutisme qui le rend véritablement dangereux. Un être prêt à tout risquer ira jusqu’au bout de ce qu’il fait, quoi qu’il en coûte ; la fin justifiera les moyens.

« Te parler en tant que Namma en évoquant la mythologie sumérienne ne me permettra jamais de faire pleuvoir à nouveau, cet attribut a disparu au profit d’un autre à présent. C’est le risque à se renouveler, l’oubli partiel dont je te parle. On peut l’éviter en gérant suffisamment bien son "patrimoine" ; l’ancienne Tiamat, le Léviathan, Léviathan, la Déesse des Sorcières, la nouvelle Tiamat… j’ai appris à gérer mes attributs pour qu’ils se transmettent avec une grande efficacité. Toi, Princesse, je pense que tu peux faire encore mieux. Tu as toujours fait mieux que moi. Intéressée ? »


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Devil
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Messages RP : 5

Emploi/activité : Rendre fous les humains
Localisation : Enfers


# Re: Générations   
Ven 23 Mar - 7:01

Je souris en sentant ma grand-mère refermer ses bras sur moi. Je la sais forte alors je suis étonnée qu’elle la maîtrise aussi bien, tout en ne l’étant pas, elle à dû apprendre, comme nous tous, à maîtriser pour ne pas briser. Je savourai cette étreinte qui aurait put durer une éternité, je me demandais brusquement si Lucifer ne pourrait pas être jaloux de l’affection que j’avais envers ma grand mère. Si c’était le cas, tant pis pour lui. Une idée germait à toute vitesse dans mon esprit alors que je respirais l’odeur de celle par qui quelque part j’étais née. Je ris à sa blague, elle était drôle, elle n’avait pas perdue son sens de l’humour, je le voyais bien. Je lui caressai les cheveux sans rien dire. Pauvre petite grand-mère qu’on avait décapité, maudits hommes … Et après on s’étonnait que j’aimais mettre les hommes dans une position délicates et que je les suçais, sans mauvais jeux de mot, jusqu’à la dernière goutte.

J’écoutai avec attention ma grand-mère alors qu’elle s’écartait de moi, ça je n’étais pas particulièrement d’accord ! J’aimais bien l’avoir dans mes bras ! Elle était la douceur même. En fait, non pas du tout ! Mais bon, si elle voulait parler en me regardant droit dans les yeux, je la laisserais faire. Je comprenais totalement ce qu’elle voulait me dire et je laissai la graine des idées germer dans mon esprit à tout allure. Voyons si moi, déesse des boites de nuit, était capable de faire revivre certains attributs et certains anciens dieux. Cela devait être possible. Mon réseau était tellement vaste … J’embrassais délicatement le front de ma grand-mère un sourire aux lèvres. Que dirait les gens de plusieurs grandes soirées sur le thème les anciens dieux ? Contacter les anciens des Panthéon … marchander avec eux … Oh … J’avais hâte de voir leur tête si j’arrivais à mettre ça en place. Cela pouvait sembler une très mauvaise idée marketing mais … je ne le pensais pas, toute était question d’organisation, et puis disperser des succubes pour les faire venir, quelques pubs bien placée sur des campus, ou en ville feraient un effet parfait.

« Namma … tu m’as donné un idée de génie ! Une idée qui pourrait bien faire revenir des croyants ou des gens se posant des questions sur Namma vers toi ! Mais pas que vers toi … Je suis sûre que ce que je peux faire peut clairement plaire beaucoup aux anciens dieux … Même si cela veut dire utiliser des moyens d’une … il me semble qu’ils me nomment « Traîtresse » non ? OH ! Si j’arrive à faire ce dont j’ai envie … Cela sera des plus délicieux pour moi … Tu n’as pas idée ! Mais toi … Grand-mère … Tu seras la star ! »

Je me levais d’un bond et lui pris les mains sans lui laisser l’opportunité de résister pour faire quelques pas de danse endiablé ! Oh que j’allais aimer voir la tête d’anciens dieux presque aux abois devoir accepter de se plier à moi … Cela aller être un spectacle ravissant ! Lucifer allait lui aussi adorer. Cela nous ramènerait des clients … Faire ça … même sur le long terme ! Des soirées dans mes boites de nuit « Anciens Dieux » avec des ambiances bien particulières pour chaque dieux. Les humains sont curieux, et moi je capture les curieux dans mes univers d’illusions. Je ferais en sorte de graver les noms des anciens dieux et de ma grand-mère en lettres brûlantes dans leur esprit pour qu’ils lui reviennent. Après tout … moi aussi cela me rapportais de la croyance et des pouvoirs, pourquoi m’en priver ! L’occasion était bien trop belle pour ne pas la saisir au vol. Je lâchai les mains de Namma et battis des mains en tournant sur moi-même, j’étais surexcitée. Cela allait être magnifique ! Je le savais ! Des plus beau … Et si certains ne voulaient pas … qu’ils ne tentent pas de venir jouer sur mon terrain, où je les enverrais dans le royaume dont j’étais la reine. Je sortis un instant mon portable pour me noter de préparer une réunion autour de ça dès … demain matin. Mon concept serait innovant. Je souris à ma grand-mère, le genre de sourire « J’ai une de ces idées mamie, tu vas adorer ! ». Elle avait accepté d’évoluer, pourquoi pas de passer dans mes boites de nuit ? C’était bien aussi. Je pris le visage de Namma entre mes mains

« Je t’adore ! Tu le sais ça ? Je t’adore Namma ! »

Je n’allais rien lui dire, pour l’instant, je voulais lui faire une surprise, quitte à la kidnapper discrètement le soir. C’était comme ça. Et j’en étais fière, je n’aurais pas de regret de au moins tenter ça. ET ceux qui se perdrait dans mes illusions une première fois ce soir, reviendraient encore une fois me voir…
Primordial Goddess
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Messages RP : 9

Emploi/activité : Consultante indépendante
Localisation : Nomade


# Re: Générations   
Lun 2 Avr - 15:49

Générations
1


Je suis familière des dépréciations et n’en fais généralement pas cas ; la tienne est différente, Princesse. Ce n’est pas ma personne que tu déprécies, c’est qu’elle l’éloignement entre nous. Original. Perturbant, peut-être. Nécessaire, cependant. Nécessaire à te parler en face. Nécessaire à te voir et lire tes réactions. Merci. Merci de le comprendre. Merci de me comprendre.

J’ignore ce qui se passe dans ta tête mais je vois ce qui se passe sur ton visage et cela donne des indications ; des indications plus optimistes qu’avant notre étreinte. J’ai une idée, une idée que je n’ai pas encore faite partagée afin de ne pas brider ta propre créativité, les idées potentielles que tu pouvais avoir. Les idées qui germent en ton esprit. Des idées qui me seront bénéfiques, tu m’en assures en m’offrant le baiser de bénédiction et je me laisse faire à mon tour, fermant les yeux et penchant la tête avec déférence. J’ignore ce qui se passe dans ta tête mais je sais que nous fonctionnons selon un principe commun : le gagnant-gagnant.

Je t’ai donnée une idée de génie, voici qui me fait sourire. Un sourire qui s’agrandit encore au fait que tu m’inclues dans cette idée, pouvant m’apporter croyants et curieux. Un sourire qui laisse apparaitre mes dents lorsque tu étends cette idée aux anciens dieux, ou tout du moins ceux assez ouverts d’esprits pour accepter d’utiliser des moyens modernes, de collaborer avec une "Traitresse". Un sourire qui fait pétiller mes yeux lorsque tu parles d’arriver à faire ce que tu as envie, à faire ce qui sera des plus délicieux pour toi. Je n’ai pas idée… non. J’ai mon idée comme tu as la tienne et la beauté de notre différence fait qu’elles sont différentes également.

Mon idée reprenait le principe des temples anciens, des lieux dédiés à une divinité. Chaque boite de nuit est unique mais n’en reste pas moins une boite de nuit ; Princesse, tu aurais pu faire des boites de nuit avec pour thème une divinité, renouvelant la connaissance et la croyance en celle-ci tout en recevant tout de même la croyance en la boite de nuit générique. Tu veux faire de moi une star ? Il suffirait que "Namma" devienne l’un de tes établissements et que son décor comme son ambiance retracent le culte de Namma. Tu veux que l’on continue de croire en Ishtar ? Il suffirait que "Ishtar" devienne l’un de tes établissements et que son environnement toi un musée t’étend dédié. Et ainsi de suite avec chaque divinité acceptant de faire un pacte envers toi, de devenir ton hypostase ou ton obligée. Je suis déjà l’une de tes sujets, il n’est donc aucun problème à le faire de mon côté. Evidemment, au centre de tout cela se serait trouvé le "Lilith" ; sauf si tu préférais que chaque boite de nuit retrace l’évolution d’un mythe, après tout tu es moins attachée aux différentes identités que moi. Peut-être est-ce là l’idée que tu as eu, probablement pas mais à t’écouter, à te regarder, je pense que c’est similaire. Peut-être même mieux. Je verrais à l’avenir, n’ayant pas l’intention de t’influencer dans le présent : tu réalises ton potentiel et j’en bénéficie. Gagnant-gagnant.

Tu me fais le plus beau sourire que j’ai vu depuis fort longtemps et je pose mes paumes de mes mains sur le dos des tiennes en te répondant également. Tu m’adores, je le sais. Tu m’adores, Ishtar. Je t’adore aussi, Princesse. Une adoration aussi polysémique de ton surnom et où tu es donc seule décideuse de ce qu’elle signifiera vraiment. En tant que mère, j’aime mes enfants. En tant que grand-mère, j’aime mes petits enfants. Certains m’ont trahie. L’un d’entre eux m’a tuée. Tu peux me faire pleurer car mes larmes sont les goutes de pluie. Tu peux me faire pleurer mais les larmes peuvent être de tristesse comme de joie. Tu peux me faire pleurer comme je ne peux plus le faire à présent.

Mes yeux restent secs, pétillants de joie voir la fierté enfantine qui te fait briller comme une étoile. Mes yeux restent secs, accompagnant le sourire que tu déclenches chez moi à t’enchanter. Mes yeux restent secs, quelque chose étant brisé au fond de l’abîme qui leur tient lieu d’âme. Pardonnes-moi, Princesse : peut-être partage-je ta joie mais je ne suis pas capable de te suivre jusqu’où tu es capable d’aller. Je n’arrive pas à me laisser aller comme tu le fais. Tu m’adores, je le sais. Je suis dangereuse, tu le sais. Je t’adore aussi. Tu es dangereuse aussi.

« Toujours un plaisir d’être utile… un plaisir d’autant plus grand que tu rayonnes. »

C’est sincère, même si ce n’est pas aussi démonstratif que ce dont tu fais preuve. Je suis heureuse mais je ne saurais l’être complètement. L’aspect de déesse tutélaire est probablement celui auquel je tiens le plus, commun à Namma et aux Tiamat, à la géomancie chinoise, à la sorcellerie européenne et à la démonologie abrahamique… qu’elle soit bienveillante ou malveillante, l’aide que j’apporte permet à autrui de se réaliser grâce à moi quand bien même j’en attends une contrepartie. Oui, cette contrepartie est un paiement valable, celui qui me permet de vivre, mais s’ajoute parfois une fierté voire plusieurs. Je suis fière de moi, Princesse, car j’ai pu t’aider. Je suis fière de toi, Princesse, car tu es devenue meilleure. Je suis fière de ce que tu accompliras, Princesse, car ce sera la preuve que nous avons réussi quelque chose ensemble te permettant de réussir autre chose seule. Cela, ça n’a pas de prix.

« Si tu peux faire rayonner à présent, sans doute serons-nous gratifiées d’un merveilleux arc-en-ciel. »

Symbolisme, quand tu nous tiens. Le symbolisme est cependant notre ancêtre, à tous. Nous sommes les symboles d’autres choses aux yeux d’autres gens. Des symboles qui se transforment, se perdent et se créent ; des symboles qui tentent d’influencer afin d’exister. Tu peux faire cela, Princesse, pour toi comme pour d’autres. Tu as promis de le faire pour moi et je te fais confiance ; je te fais confiance pour agir dans ce qui est le plus profitable pour toi et j’ai prouvé appartenir à cette catégorie, je pense.

« Je suppose que tu veux me faire la surprise de ton idée. Amuses-toi bien. Et si tu veux des contacts à qui proposer similaires deals, j’en ai un qui me vient à l’esprit. Cependant, elle n’apprécie ni les Nouveaux Dieux ni la maltraitance… mais cela peut être amusant pour toi. »

Un clin d’œil t’es fait puis je me retourne vers le ciel, attendant de voir si le sourire se dessinera à travers mes larmes célestes.


Fiche de Personnage - Fiche de Liens - Nombre de Posts : 9
Devil
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 16
Messages RP : 5

Emploi/activité : Rendre fous les humains
Localisation : Enfers


# Re: Générations   
Mer 4 Avr - 11:16

Je sentis la joie de ma grand-mère sans aucune difficulté, ses yeux parlaient pour elle. J’étais heureuse de la voir si heureuse. Je lui pinçai gentiment la joue, malgré sa nouvelle apparence, elle restait ma grand-mère, une grand-mère aimant ses petits enfants. Quelque part … oui Namma et Isthar me manque pour cet aspect de la chose : notre relation n’a pas changé mais le Léviathan est au service des enfers parce qu’il le souhaite. Si Namma ni trouve plus son compte elle partira, et ça je ne le veux pas. Elle doit rester avec moi. Oui, j’étais possessive, et je serais prête sans doute à l’enfermer pour qu’elle reste de mon côté. Mais elle est trop libre et je n’ai nulle envie de lui faire de mal et de l’affronter. L’arc-en-ciel. Je lui caressai la joue alors qu’elle me proposait un contacte. J’éclate de rire de nouveau et la serre contre moi.

« L’arc-en-ciel sera là pour illuminer la nuit … Tu verra Namma ! Et … j’accepte ton contact ! Personne ne sera blessé, et puis … Les nouveaux dieux ne sont pas invité à ma surprise ! Huhuhu ! Ça va être grandiose ! Oui ! Oui ! Grandiose ! »

Je la lâchai et fis un pas de danse avant de revenir pour lui embrasser le front. J’ai à faire, ‘Fer va râler que je ne le retrouve plus, tant pis ! Il sera heureux de voir ce que je vais faire ! Les humains aussi. Et puis qui sait … après … je verrais bien comment continuer … Soumettre les gens … AH ! La déesse des boites de nuit et la princesse des enfers étaient des plus heureuses, travailler mains dans la mains … C’était des plus excitant. Je ne devais pas perdre de temps ! J’allais devoir rentrer et vite ! J’avais des messages à envoyer, des personnes à convoquer … Je sentais que certains aller passer des nuits blanches. Je serrais une nouvelle fois Namma contre moi.

« J’espère que tu ne seras pas déçue. Si tu as des idées de dieux qui pourraient être intéressant à contacter fait moi passer !  J’ai du travail qui m’attends, je te revois bientôt Namma ! »

Je lui embrassai la joue avant de filer ravie, ma tête bouillonnant d’idées et de projet. Je sortis mon portable et le branchai en haut parleur dans ma voiture avant de partir sous la pluie battante, mes ordres rametant déjà une dizaine de personnes dans mon bureau. Ça allait swinguer !
Contenu sponsorisé


# Re: Générations   

 
Générations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opérations psychologiques/AL-QUAIDA EST-IL EN IRAK?
» 13 opérations de chirurgie cardiaque en 10 jours
» Les USA mènent des opérations militaires secrètes en Iran
» Conflit des générations (sondage) !!
» Les opérations de l’Onu à Cité Soleil qualifiées de génocide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We're all living in America :: Somewhere in America :: Downtown Chicago :: She-caw-gu Park-
Sauter vers: